1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2,71/5 sur 7 votes)
Loading...

Comme tous les jeudis, une interview de leaders : InsideOUT

[CGN] Interview de Roger Lannoy – 1/2 – Son parcours

Surtout cliquez sur Recommander :

David Laroche interviewe Roger Lannoy (Repr√©sentant d’antony Robbins)

Vous y découvrirez :
– comment a t’il r√©ussit ?
– comment a t’il fait pour travailler avec Anthony Robbins ?
Рles secrets de sa réussite

Regardez la partie 2, Rogers nous d√©livre ses cl√©s pour avoir confiance en soi, comment muscler ce muscle de la confiance et devenir « self-confident » comme dirait notre cher Jean-Claude Van damme.

Partie 2 : Les secrets de la réussite

Transcription texte de la vidéo

David Laroche : Alors, bonjour √† tous et bienvenue sur mon blog attitudesgagnantes.com, donc aujourd’hui c’est une nouvelle vid√©o de la s√©rie secrets d’experts et j’ai la chance d’interviewer Roger, donc merci Roger.

Roger Lannoy : Merci de m’inviter.

David Laroche : Donc Roger Lannoy qui est un conf√©rencier formateur et remplit des salles jusqu’√† 1000 personnes sur les th√®mes de la confiance en soi et l’id√©e c’est « comment d√©passer ses limites ? ». Alors aujourd’hui je suis vraiment heureux de t’interviewer, toujours pour savoir finalement, qu’est-ce qui fait la diff√©rence entre beaucoup de gens qui n’y arrivent pas et d’autres qui y arrivent ? Parce que √ßa me passionne. Alors, est-ce que tu aurais des choses √† rajouter sur…

Roger Lannoy : Souvent disons, la diff√©rence ce sont des d√©tails. Et ce sont souvent le d√©tail qui fait les grandes diff√©rences, et pour moi une des grandes diff√©rences c’est d’avoir cette confiance en soi, mais la confiance en soi c’est quelque chose qui vient de l’int√©rieur.

David Laroche : D’accord.

Roger Lannoy : Et souvent les gens ont tendance √† vouloir chercher √† l’ext√©rieur les solutions, alors que toutes les solutions, elles sont en eux, et que si on veut, si on cro√ģt, si on cro√ģt en soi, tout est possible.

David Laroche : D’accord. Donc l√† c’est l’id√©e que beaucoup de gens cherchent √† trouver des solutions magiques un petit peu √† l’ext√©rieur alors qu’au fond, tout ce qu’il faut on l’a en nous, et il suffit de le r√©v√©ler.

Roger Lannoy : Exactement, il suffit de le r√©v√©ler, et l√† il y a diff√©rents strat√©gies que j’enseigne pendant mes s√©minaires, aussi bien celle d’Anthony Robbins ou plut√īt √† la mani√®re de Deepak Chopra par la m√©ditation, par cette certitude qui doit venir de l’int√©rieur, de ta physiologie, de tes √©motions, que tu produis en permanence, des √©motions dynamisantes, et quand t’es dans des √©motions dynamisantes, tu ne connais plus la peur.

David Laroche : D’accord, donc c’est…

Roger Lannoy : Parce que la peur c’est quelque chose qui paralyse, et l’antidote de la peur justement c’est de passer √† l’action, c’est d’avoir les √©motions positifs, d’√™tre… avoir beaucoup de gratitude, et o√Ļ tu as la gratitude, la peur s’envole. Et malheureusement beaucoup de gens sont compl√®tement dans la peur, dans le doute, et ce doute, cette peur, les emp√™chent, les privent de leurs r√™ves et de la vie qu’ils veulent.

David Laroche : D’accord, donc l√† j’entends 2 cl√©s qu’on pourrait finalement leur donner d√©j√†, c’est l’id√©e de passer √† l’action,

Roger Lannoy : Exactement.

David Laroche : et d’avoir de la gratitude pour tout ce qu’on obtient, et cette belle phrase que tu dis c’est que quand on est dans la gratitude, on aura plus jamais peur, c’est √ßa ?

Roger Lannoy : Exactement.

David Laroche : D’accord, merci. La deuxi√®me question donc : Qu’est-ce qu’il fait selon toi, parce qu’on retrouve beaucoup de formateurs, beaucoup de personnes qui veulent faire de la formation, des conf√©rences, et pourtant tr√®s tr√®s peu y arrivent ou alors y arrivent 1 mois, 2 mois, 1 an, 2 ans, toi √ßa fait maintenant des ann√©es que tu fais √ßa et que tu remplis ces salles. Ce qui m’int√©resse c’est comment t’en es arriv√©, d√©j√† √† choisir peut-√™tre ce m√©tier, mais surtout comment tu t’y es pris pour le r√©ussir ? Quelles sont les petites cl√©s, les petits r√©glages que tu as su mettre en place dans ton pass√©, au tout d√©but ?

Roger Lannoy : Je crois d’abord, c’est une question de… √áa doit venir encore une fois de l’int√©rieur tu vois ? Et je me retrouvais en nonante-quatre, 94 c’√©tait… mon premier signal Anthony Robbins et √† cette √©poque, ma vie √©tait pas terrible, disons plut√īt m√™me tr√®s rock’n’roll, et j’√©tais dans une situation o√Ļ beaucoup sont je pense √† me dire « bon, si je change pas maintenant ma vie, je risque de me retrouver √† la fin de ma vie avec cette vie avec tr√®s peu de chance, cette vie sans passion, sans enthousiasme, sans r√©sultat, et j’ai envie, maintenant il est temps que j’agisse » et √† ce moment-l√† je lisais un bouquin d’Anthony Robbins, que tu connais certainement, l’√©veil…

David Laroche : L’√©veil de votre puissance int√©rieure.

Roger Lannoy : de votre puissance int√©rieure o√Ļ Tony parle des s√©minaires et tout, et moi j’avais fait plein de s√©minaires en Europe. Et bon, √ßa m’avait donn√©, pendant une semaine, 2 semaines, 1 mois, un √©lan je veux dire, mais apr√®s le feu retombait.

David Laroche : Et √ßa retombait d’accord.

Roger Lannoy : Et je me dis, mais bon, peut-√™tre qu’avec un am√©ricain √ßa va peut-√™tre changer. (rires) Et comme Tony avait l’air d’√™tre quelqu’un qui √©tait d√©j√† √† l’√©poque en 94, quelqu’un qui avait beaucoup de succ√®s, je me dis « je vais tenter » et j’√©tais dans une situation o√Ļ il fallait… √ßa passe ou √ßa casse tu vois.

David Laroche : D’accord.

Roger Lannoy : Un peu comme un boxeur dans les cordes, ou bien t’arrives √† t’en sortir, ou tu jettes l’√©ponge. J’ai fait le s√©minaire, et √† la fin du s√©minaire, le dimanche soir on fait un cursus extraordinaire avec Tony sur les croyances, et l√† je me suis dit… je me suis senti compl√®tement lib√©r√© de toutes les peurs que j’avais dans le pass√©, et l√† je me suis dit ce mec l√† (clak) j’ai envie de bosser avec.

David Laroche : D’accord, j’ai aussi…

Roger Lannoy : Du coup tu peux ressentir un peu comme un, ce sentiment que √ßa devient un peu comme une (clak) mission tu vois, genre « ce mec l√† il faut que je fasse qu’on ait ce plan coupeux.

David Laroche : D’accord.

Roger Lannoy : Et √ßa m’a pris presque 2 ans pour arriver √† une solution, et en 96, l√† c’√©tait en fin 94 le s√©minaire, en p√©riode de toussaint, en fin 94, et en 96 j’ai commenc√© √† bosser au mois de mars et pour un s√©minaire de Tony au mois de juin √† Bruxelles, c’√©tait le premier s√©minaire sur l’Europe franco… je veux dire, l’Europe…

David Laroche : Francophone.

Roger Lannoy : Franco, non pas francophone, hors des √ģles britanniques,

David Laroche : D’accord.

Roger Lannoy : L’europe territoire, je veux dire, comment on appelle… la vieille Europe je veux dire.

David Laroche : Voilà.

Roger Lannoy : Et c’√©tait √† Bruxelles, il y avait √† peine 1000 personnes, et en 2 mois, avec tr√®s peu de connaissances mais l’enthousiasme, avec cette conviction, cette passion, j’ai rempli √† Muzan un chiffre mythique, j’avais 144 personnes, en 2 mois, qu’on a amen√© au s√©minaire de Tony √† Bruxelles.

David Laroche : Alors si je résume, donc on est en 94,

Roger Lannoy : 94 oui.

David Laroche : 94, ta vie elle n’est pas vraiment magique.

Roger Lannoy : A l’√©poque je vendais totalement des bancs solaires, et bon, les bancs solaires en Belgique √ßa marche bien parce que… (rires) il y a pas beaucoup de soleil tu vois,

David Laroche : D’accord.

Roger Lannoy : √ßa marche bien mais bon c’est un truc qui est tr√®s saisonnier,

David Laroche : D’accord.

Roger Lannoy : parce que bon en hiver, les belges ils restent dans leurs maisons, y pensent plus… et m√™me dans le nord de la France, j’en vendais aussi pas mal, mais les gens ils sortent pas, donc si tu veux les bancs solaires √ßa marche du mois de f√©vrier jusqu’au mois de juillet ao√Ľt, le reste de l’ann√©e tu tires la langue tu vois, t’as pas vendu assez,

David Laroche : D’accord c’est difficile.

Roger Lannoy : ça devient très très dur.

David Laroche : Donc on est en 94, finalement tu vis un peu des cycles comme ça,

Roger Lannoy : Ouais, rock’n’roll.

David Laroche : (rires) Tu es plein de croyances qui t’aident pas, et l√† √† un moment donn√© tu d√©couvres Anthony Robbins au travers de son deuxi√®me livre qui est « Lib√©rez votre puissance int√©rieure ».

Roger Lannoy : Ouais, avant j’avais lu son premier livre pour imiter et aussi son programme cassette bien que c’√©tait en anglais, j’arrivais √† comprendre son « personal power », il a vendu, je crois 3 millions ou 5 millions, je ne sais plus combien d’exemplaires √† travers le monde, un programme extraordinaire, √ßa m’avait d√©j√† beaucoup aid√© tu vois, √ßa me donnait envie justement de continuer avec lui.

David Laroche : Ok. T’y vas, et l√† finalement le dernier jour un moment donn√© il y a un d√©clic qui se fait au niveau de tes croyances, et l√† tu te dis, d’ailleurs on en arrive √† la troisi√®me question que je voulais te poser, tu te dis, « je veux travailler avec lui ».

Roger Lannoy : Ca c’√©tait, tu vois c’√©tait tellement fort pour moi de me sentir libre, vraiment c’est comme si tu tires un boulet, tu tires des conneries derri√®re toi, comme un boulet comme dans Lucky Luke tu vois, et de faire Dalton, tu tires ton boulet derri√®re toi et √† un moment tu te sens vraiment libre, tu sens que tout devient possible, que tous les r√™ves que j’avais plus jeune

David Laroche : C’est bon d’√™tre comme √ßa.

Roger Lannoy : mais que j’avais un peu mis au frigo, (rires) c’√©tait possible…

David Laroche : Donc l√† en fait tu rouvres le placard de tous tes vieux r√™ves, tu te dis l√† c’est bon maintenant,

Roger Lannoy : C’est possible.

David Laroche : on s’en fout, je vais le faire.

Roger Lannoy : Ouais, et l√† j’avais tellement aussi de connaissances pour ce mec que bon, que je ne connaissais pas. Pas plus que par travers ses bouquins, et que j’aurais… pour le troisi√®me jour, j’avais tellement de reconnaissance pour ce mec, parce que je me dis « putain c’est quand m√™me,

David Laroche : C’est un auteur.

Roger Lannoy : ce qu’il fait c’est magique » et quand, je ne sais pas, tu vois un bon film, (rires) qu’est-ce que t’as envie de faire, ou un bon restaurant, tu as envie de le recommander aux gens que tu aimes, aux gens que tu connais.

David Laroche : C’est s√Ľr.

Roger Lannoy : Et c’est ce feeling l√† qui m’est… je te dis, c’est comme (clak) tomber amoureux tu vois, tu ne sais pas pourquoi, c’est comme √ßa.

David Laroche : D’accord, et du coup, tu me dis que t’as mis finalement 2 ans avant de pouvoir travailler avec lui, est-ce que √ßa a √©t√© facile ?

Roger Lannoy : Nan.

David Laroche : Est-ce que c’√©tait de la chance ?

Roger Lannoy : Je crois pas que c’est de la chance, et je crois que c’√©tait aussi une des le√ßons que, une des cl√©s pour tes auditeurs, pour les fid√®les de ton blog, ce qui a fait, c’est la pers√©v√©rance.

David Laroche : La persévérance.

Roger Lannoy : La pers√©v√©rance, parce qu’√† l’√©poque tu n’avais pas Internet, √† l’√©poque tu n’avais pas Internet donc tu sais pas taper Google (rires) Anthony Robbins, √ßa existait pas, c’est en 94. Deuxi√®mement, le seul moyen de communiquer avec… c’est le fax,

David Laroche : D’accord.

Roger Lannoy : et le t√©l√©phone. Au t√©l√©phone, tu tombes sur un t√©l√©phone on t’envoie balader, ok, balader gentillement, poliment, enfin bon, on fait comprendre que, en plus tu parles fran√ßais, tu parles pas bien am√©ricain, on te comprend pas, on te prend pour un rigolo, ok.

David Laroche : Ouais c’est s√Ľr.

Roger Lannoy : J’envoyais plusieurs fax, tout le temps le m√™me, dans le m√™me train, et un moment, en relisant Tony, Tony dit si √ßa marche pas, tu continues,

David Laroche : Flexibilité.

Roger Lannoy : change ton approche. Si ta strat√©gie que tu utilises ne marche pas, change ton approche. Et la cl√© c’est que beaucoup de gens, ils ont toujours la m√™me approche, ils ont toujours le m√™me chemin, et ils esp√®rent, je dis bien ils esp√®rent,

David Laroche : Avoir des résultats différents.

Roger Lannoy : j’aime pas ce mot l√†, mais ils esp√®rent qu’en prenant le m√™me chemin, ils vont avoir une nouvelle destination. (rires) Ca c’est le comble de la stupidit√©. Et un moment je me dis « je suis stupide l√†, j’envoie tout le temps le m√™me, t’as aucune cr√©ativit√© dans ce que tu fais », et j’√©tais entrain… je lisais √† un moment un passage dans un bouquin de Tony, o√Ļ il explique qu’il faut changer son approche, je dis l√† je vais carr√©ment changer mon approche. J’ai commenc√© √† mod√©liser les mots de Tony.

David Laroche : Donc à parler comme lui au travers de ta lettre.

Roger Lannoy : Voil√†, √† reprendre voil√†, tu te dis il se pr√©sente qu’il faut pers√©v√©rer. Tu expliques qu’il faut son approche, et je reprends tout, et je peux te dire une chose, je continuerais jusqu’au moment o√Ļ tu vas me dire oui. (rires) Et une semaine apr√®s j’avais un coup de fil de Hollande, de Richard, qu’est devenu un ami entre temps, et qui me disait « mais bon, rockers », avec un accent anglais et 2/3 mots de fran√ßais qu’il parlait, et moi avec mon anglais entre les 2, « ah, tu as √©crit √† Anthony Robbins, want to see Anthony Robbins ici √† Bruxelles, si tu veux moi je… » je dis ok, on se voit √† Bruxelles. On s’est vus au Sofitel, pr√®s de l’a√©roport, et √ßa a dur√© 2 heures, on a pris un bout de papier, puis on a fait un contrat comme √ßa √† l’arrache je veux dire. (rires) On a pas pens√© √†… bon le protocole, je t’envoie un papier, etc. Non, tac-tac-tac et comme lui il ne croyait pas vraiment aux francophones,

David Laroche : D’accord.

Roger Lannoy : j’ai dis ok, je lui ai donn√© l’exclusivit√©, de toute fa√ßon on s’en fout. On verra bien, parce qu’il n’y croyait pas.

David Laroche : Donc finalement du coup maintenant √ßa fait quelques ann√©es que t’es repr√©sentant d’Anthony Robbins.

Roger Lannoy : Ca fait… 96, maintenant √ßa fait 15 ans.

David Laroche : Ca fait 15 and que tu es repr√©sentant d’Anthony Robbins dans tout le monde francophone on va dire.

Roger Lannoy : Ouais, m√™me le francophone d’Afrique parce que maintenant on a beaucoup de personnes qui viennent entre autres du Maghreb, et principalement du Maroc.

David Laroche : Alors merci d√©j√† pour ces r√©ponses. La quatri√®me r√©ponse que j’aimerais bien que tu puisses donner √† nos auditeurs, donc √ßa serait, toi qui est un sp√©cialiste de la confiance en soi, j’entends beaucoup de personnes qui m’√©crivent des mails, qui me pose des questions sur « j’ai du mal √† avoir confiance » ou alors « je stresse » « j’ai le trac » « j’ai peur », alors je r√©ponds souvent au travers de mes articles, j’ai la chance de t’avoir, donc qu’est-ce que tu pourrais dire aux personnes qui nous √©coutent, qui nous regardent, sur comment on fait pour d√©velopper sa confiance en soi ?

Pour obtenir les autres interviews et secrets de leaders, entrez votre email

Série InsideOUT

Ces interviews vid√©os sont rendues possibles gr√Ęce √† vous, si vous souhaitez contribuer : cliquez ici.

Laissez un commentaire Facebook

Laisser un commentaire (Blog en DoFollow)

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article

Partenaires

L’avis d’un professionnel

Paul Pyronnet portrait

David Laroche a travaill√© un an √† mes c√īt√©s afin de se former, animer et d√©couvrir les ficelles du m√©tier de formateur et conf√©rencier professionnel.

Il a su se démarquer par la qualité de ses interventions et par sa volonté de réussir.

Je crois vraiment qu'avec son énergie et son audace, David est en mesure de vous aider à développer votre leadership et votre communication pour atteindre vos objectifs.

Paul Pyronnet, Expert en motivation et PNL, conférencier professionnel, auteur et entrepreneur

4 vidéos + 1 bonus juste pour toi !!!

bonus video gagnant
  • Comment r√©aliser son objectif
  • 11 cl√©s des r√©ussites exeptionnelles
  • Comment d√©velopper votre confiance en vous
Lire les articles précédents :
[Funky] les 4 clés pour avoir du charisme

Pour inaugurer cette nouvelle série de vidéo Funky, voici la première de la série : Comment développer son leadership et...

Fermer